EASYRECRUE_SOFT_SKILLS.jpg

Recrutement innovant : tout savoir sur les Soft Skills

Le jeudi 10 novembre, nous organisions une conférence sur la thématique des soft skills, et comment recruter les collaborateurs en se basant sur des aspects de personnalité plutôt que de favoriser la sélection sur les hard skills. Orientés sur le long terme, les soft skills permettent d'anticiper la capacité du candidat à s'intégrer rapidement et efficacement au sein de votre équipe et à s'épanouir durablement dans ses relations avec les autres collaborateurs et l'extérieur. Quels sont ces soft skills et pourquoi représentent-ils l’avenir du recrutement ?

Qu’est-ce que les soft skills ?

Afin de définir les soft skills, il faut comprendre ce qu’est un « hard skill » : ce sont les compétences académiques acquises par l'individu pendant son cursus en grandes écoles ou lors de ses expériences professionnelles en entreprise.  Ces compétences sont qualifiables et quantifiables grâce à des diplômes, certificats, publications ... Et peuvent donc être rapidement démontrées. Il y a de l’autre côté les fameux « soft skills », moins formels et souvent même inconscients de l’individu. Il s’agit de traits de personnalité comme le leadership, l’empathie, le charisme, … Si les entreprises anglo-saxonnes sont déjà « en mode soft skills » pour recruter, nous autres tardons à suivre le courant et recruter sur ces critères. Pourtant, qu’est-ce qui définit un bon manager, un collaborateur efficace et fiable si ce n'est sa personnalité ? Aucun diplôme ne pourra prédire les capacités d'écoute, la pédagogie, l'empathie, l'adaptabilité, la créativité ou encore la gestion du stress. Alors pour recruter les candidats sur la base des soft skills, quels profils privilégier ?

 Hard Skills vs Soft Slills.jpg

Misez sur les candidats gagnants : privilégiez les profils atypiques !

On entend souvent parler de ces « profils atypiques ». Mais quels sont-ils et en quoi ne rentrent-ils pas dans une case conventionnelle ? Ont-ils un look ou une histoire excentriques ? Que nenni ! Les profils dits atypiques sont ceux qui ont des parcours peu classiques : de nombreux voyages, quelques réorientations, peu de diplômes, … Ce sont généralement les candidats qui ne passent la première shortlist définie par une segmentation bien précise. De manière traditionnelle, cette première séléction est réalisée sur les aspects de compétences et diplômes pour ensuite repérer le mouton à 5 pattes parmi eux ; une méthode perfectible qui a ses limites. Pourquoi ne pas continuer dans cette logique ? Les métiers changent, les compétences évoluent et pour appréhender le marché de demain, il faut recruter des collaborateurs enclins à embrasser ce changement et aucun diplôme ne prédit cette capacité d’adaptation.  Alors si ces profils laissés pour compte étaient finalement les Talents que vous recherchez ?

Souvent polyvalents, volontaires, ouverts d’esprit et très curieux, les profils atypiques apportent une véritable plus-value à votre entreprise et une « bouffée d’air frais » par une vision novatrice et fraîche. Certains recruteurs rechignent encore à les embaucher pourtant, « Ils apportent un regard extérieur et des idées novatrices », souligne Jean Du Boucher, fondateur du cabinet de recrutement Quoridge. Les profils atypiques sont également prêts à s’investir énormément pour votre activité car is sont reconnaissants et enjoués à l’idée de rejoindre une société qui a du sens, et fait sens.

Les premiers secteurs à recruter les profils atypiques sont l’informatique, la distribution, la banque et la restauration car ce sont les premiers à être digitalisés et à souffrir d’une pénurie de profils qualifiés. Puisque les compétences évoluent rapidement, ils privilégient alors les personnes qui sauront se former rapidement et être opérationnels une fois à l’aise avec leurs fonctions et le reste de l’équipe.

Comment évaluer un candidat sur ses soft skills ?

Pour évaluer votre candidat sur ses soft skills, vous devez poser les bonnes questions lors de l’entretien de présélection ou celui en face à face. Vous jugerez alors ces différents critères :

  • L’initiative : votre candidat est-il méticuleux sur son travail ? Est-il capable de reconnaître ses erreurs et les corriger sans qu’on lui demande de le faire ? Vous pouvez lui demander quelles différentes étapes il effectuera pour palier un problème identifié s’il est dans votre entreprise.
  • L’habilité à apprendre de ses erreurs : Prenez le temps de juger l’humilité et la flexibilité de votre candidat. Est-il capable d’accepter ses erreurs et apprendre de celles-ci ?
  • La réputation : pour juger un candidat sur ses soft skills, vous devrez les vérifier en consultant son entourage. De la même façon que vous vérifiez les diplômes, vous pouvez aussi valider les traits de personnalité qu’il met en avant. N’hésitez pas à surveiller sa e-réputation sur les réseaux sociaux et en particulier sur Linkedin : demandez des recommandations à ses anciens collègues, contactez son entourage !
  • Les compétences de communication : vérifiez que votre candidat ait des capacités de communication importantes et élevées : une bonne éloquence, une belle plume et une orthographe soigné.

 iStock_81882817_MEDIUM.jpg

Quelles questions poser pour évaluer les soft skills ?

Lors de l’entretien, vous évaluerez rapidement les soft skills en posant des questions de psychologie comportementale, soient celles qui se concentrent sur les expériences de vie réelle. Ces mises en situation sont probablement le moyen le plus efficace pour évaluer les critères cités plus tôt pendant l’entretien. Vous obtiendrez un aperçu fiable de la façon dont le candidat travaille sous pression, comment il communique et son sens de l’éthique.

Voici quelques questions qui vous aideront à alimenter votre questionnaire :

  • Pouvez-vous décrire un moment où vous avez rencontré un problème avec l’un de vos superviseurs et ce que vous avez fait pour le résoudre ?
  • Parlez-moi d'un moment où vous avez rencontré des difficultés à faire travailler les autres sur un problème critique et comment vous l'avez géré.
  • Pouvez-vous me décrire le leader avec lequel vous avez travaillé qui vous a le plus inspiré et ce que vous avez appris de cette personne ?
  • Décrivez-moi la plus grande difficulté que vous avez dû affronter lors d’une de vos expériences professionnelles et comment vous vous en êtes relevé.
  • Lorsque vous commettez une erreur, comment gérez-vous la situation et comment appréhendez-vous la suite ?
  • Avez-vous déjà rencontré situation difficile avec un client ? Comment avez-vous su gérer la situation ?

Alors, êtes-vous prêts à vous mettre « en mode soft skills » pour recruter ? Pour vous aider à repérer les Top Talents, téléchargez gratuitement notre livre blanc qui vous délivrera toutes les solutions digitales pour les recruter.

New Call-to-action

Posté par Jessica Dent
le 16 novembre 2016

Catégories
recrutement innovant , soft skills , Article

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action