mauvaise experience candidat refus

Qu’est-ce qui gâche l’expérience candidat ?

Et si nous nous aventurions à quelques métaphores pour décrire le processus de recrutement ? Très simplement, j’en conviens, nous pourrions dire qu'il s’agit d’un chemin. Pas un long fleuve tranquille. Mais pourquoi pas une route semée d’embuches voire, pour certains candidats, un parcours du combattant ! Quelle que soit celle que vous retiendrez, votre mission, si vous l’acceptez : ne pas donner envie aux candidats de faire demi-tour, de renoncer. Si ce chemin commence bien avant le premier entretien, dès l’offre, il comporte surtout trois étapes : une expérience digitale, la rencontre, l'onboarding. Et pour chacune de ces étapes, il y a des pièges à éviter côté recruteur. Nous avons sélectionné pour vous 5 facteurs qui gâchent l’expérience candidat. Bienvenue sur la route de la mauvaise expérience.

#1. La rémunération 

En clair, la rémunération est un élément déterminant aux yeux des candidats. Certes, elle a perdu de sa superbe dans le palmarès global des attendus face au sens de la mission et à l’équilibre vie privée/vie professionnelle ; mais elle reste tout de même un critère de choix qu’il ne faut pas mettre au second plan. Pourquoi l’indiquer clairement dans l’annonce ? (ou a minima indiquer une fourchette). Tout simplement pour ne pas perdre de temps. Imaginez un instant : vous avez fait passer plusieurs entretiens avec un candidat, il vous semble être le bon mais vous n’avez jamais abordé ensemble les conditions salariales. Pourtant arrivé en fin de processus, vous estimez qu’il est temps de lui annoncer ; et là, c’est la douche froide ou la bonne surprise, quitte ou double ! Si le candidat avait d’autres prétentions, il ne fera pas de concessions et renoncera à la proposition - vous n'aurez plus qu'à repartir de zéro.

30k

Tip : pour ne pas créer la surprise - il est dans votre intérêt (et dans celui du candidat) d’être transparent sur la rémunération associée au poste dès l'offre !

 

#2. Les locaux

Soyons honnêtes : le candidat ne le formulera pas ainsi mais des locaux difficilement accessibles, peu accueillants, austères, peuvent lui couper toute envie de vous rejoindre. C’est même la première réponse donnée (71%) par les candidats à la question « quels sont les éléments auxquels vous prêtez le plus attention dans une offre » (RégionsJob). Certains avouent même être prêts à accepter un emploi moins bien rémunéré mais plus près de leur domicile. Comme pour la rémunération, ne passez pas à côté de ce détail qui n’en ait pas un !

80de6d1b26614df88595dc6cf879383c

Tip : pour ne pas qu'il fasse demi-tour - faites un effort pour rendre vos espaces de travail les plus agréables possible. N’hésitez pas à faire visiter l’ensemble des locaux et notamment le lieu de travail du candidat pour que celui-ci puisse se projeter.

 

#3. Le fit

« Je n’ai pas eu le fit », « ce n’était pas le bon match », « j’ai un bon feeling avec ce candidat », on se croirait presque sur une application de rencontre. Et pour cause, le recrutement, ce n’est pas que l’adéquation d’un candidat avec un poste. C’est aussi l’intégration d’un nouveau membre dans une équipe portée par une relation de confiance avec un manager. L’adage « People want to work for people not for company » en est la preuve, tout comme le fait qu’un collaborateur ne quitte pas une entreprise, il quitte un manager. Ce n’est pas étonnant alors que les candidats, en se renseignant sur l'entreprise avant de postuler, préfèrent voir une vidéo du manager présentant le poste (43 % - Lighthouse Research Advisory) plutôt qu’une vidéo de présentation de l’entreprise. Par la suite, ils préfèrent rencontrer en premier lieu leur futur manager plutôt qu’un RH. Ne négligez pas non plus le fit du candidat avec l’équipe. Si le manager (qui connaît ses collaborateurs) saura évaluer rapidement si le candidat pourra trouver sa place, il est conseillé d’organiser un moment d’échange avec l’équipe afin que l’intégration de ce futur membre se passe dans les meilleures conditions. Toutefois, les émotions, les sentiments ne se contrôlent pas et vous ne serez pas en mesure d'influer sur le choix du candidat s'il ne sent pas à l'aise avec le manager. 

I-Grande-14118-panneau-priorite-par-rapport-a-la-circulation-venant-en-sens-inverse-c18.netTip : pour être sûr d'aller dans la même direction - engagez la rencontre manager/candidat le plus tôt possible afin que chacun puisse se projeter dans une future collaboration… ou non ! (Incitez vos managers à se présenter tels qu’ils sont vraiment et à évoquer leur méthode de management avec le candidat).

4#. Le silence radio

Il est probablement l’un des facteurs majeurs qui gâchent l’expérience candidat. Le silence. Que ce soit à l’étape de la candidature (ne jamais recevoir de retour), entre deux étapes (ne pas connaître les délais de réponses), après plusieurs entretiens (ne pas savoir à quelle étape du processus on se trouve et ce qu’il reste à parcourir), après un entretien final (qui de nous deux ?), ou même entre le verdict final et le premier jour du futur collaborateur. Rappelez-vous que chaque jour qui passe est aussi une occasion pour un candidat d’aller voir ailleurs. Alors soyez réactif et maintenez un contact régulier avec les candidats les plus convoités, même ceux que vous avez finalement recrutés, et ce jusqu’à la signature du contrat. Et ne laissez pas les non-retenus sur le bord de la route, eux-aussi méritent de la considération en retour de celle qu'ils vous ont accordée. Le feed-back est l'un des 4 piliers d'une expérience candidat réussie.

I-Grande-12182-panneau-interdiction-de-klaxonner-b16.net

Tip : pour ne pas que silence rime avec absence - donnez du rythme à votre processus de recrutement. Outre le fait de communiquer clairement en amont sur les différentes étapes, n’oubliez pas de ponctuer chacune d'entre elles par des messages d’information précis sur la prise de décision (les délais, les critères) mais également les next step ou les raisons qui font que le candidat n'a pas été retenu. 

5#. Le processus sans fin

Trop vouloir tester la motivation peut faire fuir : nous l’avons vu précédemment dans les idées reçues mais des questionnaires très longs sont souvent utilisés par les entreprises afin de procéder à un premier tri. L’idée : seuls ceux qui vont jusqu’au bout démontrent leur vraie motivation pour aller plus loin dans le processus. Pourtant à l’heure du digital, postuler en ligne est devenu si facile, si rapide, que les meilleurs candidats n’hésiteront pas à aller voir ailleurs s’ils se retrouvent face à une présélection trop chronophage. De la même manière qu’un processus multipliant les étapes – il n’est pas rare d’entendre encore des candidats dire « j’en suis à mon quatrième entretien et il me reste encore un cas pratique et un test de langue » - peut avoir un effet contreproductif. Chaque étape étant la plupart du temps espacée de quelques jours voir de plusieurs semaines – autant de chance de laisser filer les talents.

kd22-direction-de-deviation

Tip : un processus de recrutement ne devrait, dans l'idéal, pas aller au delà de trois semaines, Soyez plus efficace en choisissant des outils digitaux pour optimiser les phases de préselection (comme l'entretien vidéo différé par exemple) et de tests (avec easySPEAKing pour les langues). Essayez autant que faire se peut d'engager vos managers dans le processus afin qu'ils soient conscients que le timing reste la clé d'un recrutement réussi. 

A lire aussi : Digitalisation de l’entreprise : et si vous commenciez par le recrutement ?

Quelques embûches supplémentaires sur votre route...

  • La crainte vis-à-vis des outils de recrutement : rassurer, expliquer comment fonctionnent les outils que vous utilisez et mettez en avant leurs valeurs ajoutées pour le candidat.
  • Les ATS qui imposent de remplir (à nouveau) et souvent à la main tous les champs similaires au CV
  • La demande systématique de lettre de motivation qui peut rebuter les candidats.
  • L’accueil : le retard, le manque de considération (on ne laisse pas le candidat dans un coin !)
  • Le manque de préparation : le manager doit prendre connaissance du CV et de l'éventuelle lettre de motivation avant l'entretien !
  • L’oubli du prénom du candidat en entretien
  • Les questions déplacées en entretien

 

Vous voulez découvrir les essentiels d'une expérience candidat réussie ? A voir ou à revoir, le replay de notre webinar, organisé en partenariat avec Welcome to the Jungle est disponible !

New call-to-action

Crédit photos : iStock

Posté par Julie Atlan
le 29 mai 2018

Catégories
processus de recrutement , expérience candidat , Article

Suivez-moi sur :

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action