recrutement collaboratif équipe de choc jpg

Les bienfaits du recrutement collaboratif

Collaborer pour recruter, l’idée est excellente. Mais elle est longtemps restée un vœu pieux pour les organisations, faute de moyens adaptés. Avec la digitalisation des processus de recrutement, il est désormais possible de la faire vivre, d’en exploiter toutes les ressources, humaines bien entendu. De sorte que le duo recruteur-manager peut se voir enrichi également par les collaborateurs. Car le recrutement est l’affaire de tous. Bien sûr, il ne s’agit pas de dire que toute embauche devrait faire l’objet d’un referendum interne, ni d’abandonner la décision au plus grand nombre, mais bien d’impliquer les équipes concernées, de leur faire confiance, de leur montrer que leur avis compte. Le recrutement collaboratif, c’est ainsi l’assurance d’un triple bénéfice : pour les collaborateurs consultés, pour celui qui entre, et pour l’entreprise.

Avant le recrutement digital, vidéo notamment, les avantages du collaboratif dans les processus d’embauche cédaient face à un inconvénient de taille : le temps. Il n’était pas possible de faire participer des volontés éparses, de faire passer au candidat dix entretiens d’embauche ou de mettre en face de lui dix interlocuteurs : les agendas s’accordaient mal et les process, coûteux, ne pouvaient pas s’éterniser. Tout au plus pouvait-on donner son avis sur un CV, un parcours, une lettre de motivation, ornant une feuille de papier posée sur un coin de bureau d'un + ou d'un -. Mais en aucun cas on ne prenait une part active dans le recrutement. La digitalisation a libéré ces forces vives des contraintes matérielles, de sorte que collaborer pour recruter est aujourd’hui à la portée de tous.

#1. Sharing is caring

Non seulement l’expérience du recrutement collaboratif est éclairante sur les difficultés du métier, mais elle favorise également le partage et l’entraide. Parce qu’elle provoque l’échange, elle promeut la communication au sein d’une équipe ou d’un groupe, et resserre les liens entre ses différents acteurs, même autour d’un désaccord. Ce type de management de proximité, où l’on accorde de l’importance à l’opinion d’autrui, est une fontaine de jouvence pour les organisations. Le temps des décisions unilatérales, ressenties comme prises en catimini, et par conséquent imposées, n’est plus.

De la même manière qu’un candidat recruté qui n’aura pas rencontré ses futurs collaborateurs en amont, ou a minima son futur manager, aura cette inconfortable impression de parachutage. A l’inverse, il paraît évident que son accueil dans une équipe qui aura eu son mot à dire, n’en sera que facilitée, ceux-là éprouvant le doux fardeau d’une responsabilité partagée. Cet accueil favorable le confortera d’emblée dans l’idée qu’il a fait le bon choix, lui donnera une image très positive de sa nouvelle entreprise. Plus vite intégrée, la nouvelle recrue sera plus vite impliquée et performante ; sans doute, aussi, restera-t-il plus longtemps. À une époque où fidéliser les meilleurs candidats se révèle plus difficile encore que de les recruter, il faut reconnaître que l’argument a de quoi séduire.

accueil-nouveau-collab.jpg

#2. La digitalisation au service du partage et de l’humain

Si l’on prend l’exemple de la présélection vidéo, les entretiens passés en ligne par les candidats permettent d’échanger sur une même base, et sur des éléments bien plus pertinents qu’une candidature papier. En outre, chacun peut regarder ces entretiens de son côté, au moment qui lui convient le mieux – le collaboratif, c’est coordonner ses efforts, pas son agenda (pour en savoir plus : Quid sur l'entretien vidéo différé).

Le gain de temps offert par cet outil innovant compense ainsi largement le temps passé à échanger sur les personnes à recruter. D’ailleurs, l’échange lui-même peut être extrêmement fécond : le recruteur et/ou le manager ne sont plus seuls avec leur décision. Le risque d’erreur est moindre et partagé. La responsabilité offerte aux différents acteurs impliqués dans le recrutement est une preuve de confiance autant que d’intérêt : en cela, elle stimule l’engagement et le travail d’équipe. Preuve en est, s’il le faut, que la digitalisation ne réduit pas la part de l'humain dans les processus de recrutement. Bien au contraire, elle tire parti des véritables ressources humaines des organisations.

Enfin, on le sait, l’époque est au commentaire de chacun sur tout. L’époque est aux réseaux, à la communauté, au « partage », aux « avis », en bonne et mauvaise part. Avec le recrutement collaboratif, on est précisément du bon côté de cette injonction moderne à partager. À contre-courant des pratiques liées à l’esprit de clocher qui ne conduisent qu’à la consanguinité, le regard de chacun favorise le dialogue et la diversité (des opinions et des personnes reçues) ; et l’impartialité, puisque le choix est lié à une appréciation collective, née de la riche confrontation d’opinions singulières.

Pour vous voulez optimiser la collaboration avec vos managers ? Téléchargez sans plus attendre notre kit recruteur-manager qui recense un ensemble de bonnes pratiques !

New Call-to-action

 

Posté par Julie Atlan
le 16 janvier 2018

Catégories
entretien vidéo différé , recrutement collaboratif , Article

Suivez-moi sur :

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action