conference IA-1

Les explorateurs de l’IA dans le recrutement 2019 - ce que vous avez manqué

Le 27 mars dernier a eu lieu la matinale « Les explorateurs de l’IA dans le recrutement » organisée par EASYRECRUE au Hub de la BPI France, un lieu symbole d’innovation. Animés par la volonté de réunir des professionnels des RH et du recrutement autour de ce sujet brûlant qu’est l’intelligence artificielle, nous avons donné la parole à des experts dans une série de conférences et de tables rondes. Un défi réussi puisque ce sont plus de 120 participants qui étaient présents le jour J. Résumé de ce moment d’échanges et de partage.

 

Round_portraits_2speakers_MC_FV2-1

Mickaël Cabrol, CEO d’EASYRECRUE a introduit la matinée afin d’en présenter son déroulé mais surtout d’expliquer la genèse du projet : « Chez EASYRECRUE nous croyons en l’Intelligence Artificielle depuis nos commencements en 2013. Notre vision de l’IA : une aide à la décision pour les recruteurs qui leur permettra de faire les bons choix tout en se recentrant sur les tâches à forte valeur ajoutée humaine ! Ainsi, nous en sommes persuadés, 2019 sera l'année où de nombreuses avancées seront rendues possibles grâce à l'IA. »

#1. Une introduction pour entrer dans le vif du sujet

C’est à Laurent Stefani, directeur de l’IA chez Accenture que nous avons demandé d’introduire le sujet dans une keynote d’ouverture au titre qui en dit long : « Réimaginer les processus à l’heure de la collaboration homme/machine ». Car quel est vraiment l’impact de l’IA sur notre quotidien et celui des organisations ? Sa conviction : il est grand temps de réinventer le travail.

L’IA est de plus en plus présente autour de nous – jusque dans nos téléphones portables – et vient bouleverser l’emploi car elle impose aux entreprises de nouvelles façons d’appréhender le travail. « C’est une constellation de technologies qui permettent à des machines intelligentes d’étendre les capacités humaines. » souligne Laurent Stefani.

En effet, dans une étude que le cabinet a présentée au World Economic Forum en 2018, les dirigeants interrogés reconnaissent avoir une véritable appétence pour l’IA :

  • 69 % pensent qu’elle va transformer leur business,
  • 64 % qu’elle va générer une création nette d’emplois,
  • 53 % qu'elle va transformer leur métier pour le mieux.

Il existe deux grandes catégories de métiers dans lesquels l’IA va trouver sa place : ceux où l’homme aide la machine (où il faut de l’expertise métier pour former l’IA, la rendre explicable et durable) et ceux où la machine aide à augmenter l’homme (aller chercher des données là où l’homme ne pouvait les trouver, faire travailler les robots qui apportent force et puissance au plus près des hommes qui eux, amènent la flexibilité).

20190327_092523-1

Pourtant, l’investissement reste insuffisant pour intégrer et préparer les employés à l’IA et à cette nouvelle collaboration homme-machine – 1/4 de la force de travail serait prête pour cette transformation. En cause, un gap de compétences qui freinerait les stratégies d’emploi qu’il faudra venir combler grâce à la formation. La route est encore longue. 

#2. Une table ronde pour parler métier

Pour cette deuxième conférence, étaient réunis Florence Réal, directrice du recrutement d’Accenture chez qui l’IA a déjà trouvé sa place dans les processus de recrutement, et Xavier Segrestin, directeur du développement et des opérations chez Korn Ferry, cabinet international de conseils en gestion des talents et des organisations. Le cabinet a notamment mené une étude mondiale afin de comprendre la perception qu’un recruteur pouvait avoir de l’IA et ce qu’il en retirait, ses craintes, ses attentes.

IMG_20190327_100848-1

Ce sont 770 professionnels du recrutement qui ont été interrogés à travers le monde fin 2017 et les principaux enseignements sont :

  • 83 % pressentaient dans une certaine mesure l’impact que pourrait avoir l’IA sur le processus de recrutement,
  • 89 % d’entre eux sont convaincus qu’elle ne remplacera pas leur fonction,
  • 69 % jugent que l’utilisation de l’IA permet d’identifier de meilleurs profils de candidats pour un poste donné,
  • 40 % pensent que l’IA et le big data fournissent des informations nouvelles et précieuses permettant d’informer et d'accélérer leurs décisions.

Dans une période où il semblerait que nous soyons arrivés à une certaine industrialisation du recrutement, et ce face à l’amoncellement des tâches administratives et chronophages qui pèsent sur les recruteurs, nos deux intervenants se sont penchés sur la place que pouvait prendre l’IA pour contribuer à redonner de la valeur au métier. Transparence des processus pour le candidat, professionnalisation des échanges avec eux et valorisation de l’expérience, ont été abordés.

En s’appuyant sur des exemples concrets comme le développement des chatbots, des solutions de jeux intelligents ou encore des tests de présélection, il a été mis en avant que la capacité d’identifier les bons candidats rapidement était la clé pour permettre au recruteur de gagner du temps dans le processus et donc naturellement se recentrer sur le cœur de métier : l’humain. Avec en tête de liste : l'identification des fameuses soft-skills détectables grâce à l'IA et garantes d'un sourcing plus large et donc de diversité. Bien entendu, ont été évoqués certains risques et certaines dérives, notamment dû au fait que l’outil IA ne devait pas être un outil de sélection mais une aide à la décision.

La table ronde se conclut par le constat que nous allons vers un recruteur augmenté qui va devoir développer certaines compétences et être formé sur les outils à utiliser pour en tirer le meilleur. Le métier devrait se tourner vers ce que tout le monde souhaiterait qu’il soit aujourd’hui : plus humain, plus riche, et plus complexe.

#3. Un discours disruptif et inspirant pour prendre de la hauteur

La matinée se poursuit par une interview de Laurent Choain, Chief People Officer du groupe Mazars qui va inviter pendant une vingtaine de minutes les participants à prendre un peu de hauteur sur la fonction RH et son rôle face à l’intelligence artificielle. Car aujourd’hui, selon lui la qualité première d’un DRH est d’apprendre vite.

Il est ainsi revenu sur le fameux rôle de business partner qui a été attribué au DRH depuis plusieurs années, remettant en question sa pertinence face à la technologie qui elle, pousse et avance encore plus vite que le business. Ainsi, le sujet majeur pour Laurent Choain, c’est la porosité que les RH vont avoir avec l’innovation, leur capacité de comprendre et d’accompagner ce mouvement. Un sujet qu’il ne faut surtout pas aborder sous l’angle de la peur « qui n’a jamais fait avancer » !

20190327_105400-1

Laurent Choain a fait ensuite une série d’analogies pour démontrer que la façon dont le marché appréhende l’IA n’est pas toujours la bonne. Nous avons tendance à partir de l’objet, de la solution, pour créer une culture et des valeurs tout autour. Pourtant, pour que l’IA puisse se faire une place dans l’univers RH, il est primordial de partir des valeurs : qu’est-ce que nous voulons en faire et comment s’en servir ? 

Pour accompagner les leaders de demain dans ces challenges, Mazars a créé il y a maintenant 8 ans son propre MBA, ouvert aux autres entreprises. 

#4. La carte scientifique pour comprendre les mécanismes de l’IA

Puis, nous avons laissé le soin à Chloé Clavel, professeur associée spécialisée dans l’Affective Computing à Telecom Paris Tech de porter la parole scientifique afin de nous présenter l’état de l’art autour de la recherche relative à l’IA dans le recrutement. Chloé fait notamment partie du comité scientifique qui accompagne EASYRECRUE dans ses travaux de R&D. Comment l'IA permet-elle d'identifier les mécaniques d'évaluation du recruteur ? Car les assistants virtuels, l’analyse automatique des entretiens vidéo, tout ça ne vient pas de nulle part.

Après avoir fait un retour sur les origines de l’intelligence artificielle dans le recrutement, la scientifique nous a expliqué la terminologie associée à l’analyse des comportements socio-émotionnels de l’humain. Car ce sont sur les nombreuses études issues de la psychologie organisationnelle, et notamment l’étude des signaux sociaux en entretien que sont élaborés les différents modèles d’IA appliqués au recrutement.

C’est en s’appuyant sur l’entretien vidéo différé dont la structure se rapproche de celle de l’entretien classique que le projet de l’analyse automatique des vidéos est né. Le programme : un modèle de machine learning pour analyser les comportements des candidats en entretien qui a été conçu à partir de l’extraction des informations contenues dans la vidéo – par exemple le débit de paroles, les gestes, la linguistique puis de l’analyse des vidéos par les recruteurs dans le but de prédire les comportements en fonction des données extraites.

sans-titre 7-1

#5. Le Smart Ranking, notre première application de l'IA dans le recrutement

Pour conclure cette matinée de façon très concrète, Mickaël Cabrol, CEO d’EASYRECRUE et François Vimond, Head Of Product & Growth, ont présenté les avancées de nos recherches sur l’intelligence artificielle et la sortie de notre nouvelle solution : le Smart Ranking. Un défi : tirer parti de la technologie pour vous aider à recruter les talents à potentiels. Ainsi, le projet est porté par un comité scientifique d’experts de renom qui ont accompagné notre département R&D interne au développement de cette solution.

Pour en savoir plus sur le Smart Ranking et retrouver le contenu de cette conférence comme si vous y étiez, c’est par ici : DÉCOUVREZ LE SMART RANKING

conf ia

Merci encore à tous les participants qui sont venus nombreux ! 

Et pour faire un rapide tour d'horizons de l'IA dans le recrutement, téléchargez gratuitement notre nouvel eBook :

ebook IA et recrutement

Posté par Julie Atlan
le 3 avril 2019

Catégories
recrutement innovant , Evènement , conférence RH , IA , le futur du recrutement

Suivez-moi sur :

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action