employee advocacy faire des salaries des ambassadeurs

L’employee advocacy, nouveau levier du recrutement ?

L’advocacy, qu’est-ce que c’est ? Encore l’un de ces anglicismes qui ont le vent en poupe et qui prolifèrent sur les réseaux RH ? Encore un concept marketing que les recruteurs voudraient bien s’approprier ? Les deux mon capitaine ! Pour un ensemble de raisons évidentes, l’advocacy, de l’anglais « plaidoyer », a trouvé sa place dans l’univers du recrutement. Nous nous ferons donc, le temps d’un article, l’avocat de ce concept novateur.

#1. L’employee advocacy, quand les RH s’inspirent (encore) du marketing ! 

Nous aurions peut-être simplement pu nous arrêter à la signification d’advocacy ou plutôt de sa racine advocate. « Préconiser », « recommander », « prôner » mais aussi « avocat », « porte-parole », les traductions sont multiples mais convergent toutes vers la même idée : la promotion. Ce n’est donc pas un mystère si le marketing s’est emparé du concept. Car on le sait un consommateur averti n’en vaut pas deux… mais bien plus ! La dernière étude « Global Trust in Advertising » du cabinet Nielsen indique que 83 % des consommateurs accordent plus de crédits aux recommandations faites par leurs amis et leurs contacts qu’à celles provenant directement des entreprises. Le brand advocacy consiste donc à faire des consommateurs des ambassadeurs de la marque qui véhiculent des messages positifs à forte portée. En toute légitimité, poursuivant le même objectif que la cooptation, les recruteurs étaient en droit de se demander s’il ne serait pas bon d’en faire autant avec les collaborateurs. Et ils ont vu juste !

#2. Recrutement : les réseaux sociaux ont encore frappé

304. C’est le nombre moyen de contacts que compte un collaborateur sur les réseaux sociaux (et les fameux millenials n’ont pas encore passé la porte des entreprises !) selon le site SociallyMap. Soit près de 14 000 contacts pour une entreprise de 50 salariés. On vous laisse faire le calcul lorsque l’entreprise atteint le millier de salariés... et plus ! Soit autant de candidats potentiels. Car oui, il y a de fortes chances pour que certains profils recherchés se trouvent dans le réseau de vos collaborateurs ! Et c’est la toute la puissance de l’employee advocacy : augmenter la notoriété, la e-reputation de l’entreprise sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de vos salariés.

En effet, quand on sait que 87 % des candidats font une recherche sur l’entreprise avant de postuler (étude RegionsJob), pas étonnant que les recruteurs aient revu une partie de leurs priorités. Faire de leurs collaborateurs des ambassadeurs, capables de présenter l’entreprise sous son meilleur jour, cela prend tout son sens. De plus, la même étude démontre que 37 % des individus utilisent les réseaux sociaux pour chercher un emploi, et que 40 % passent par le site internet de l’entreprise. L’autre challenge est donc d’augmenter sa visibilité en tant qu’employeur (lire notre article sur l’inbound recruiting). Cela implique nécessairement d'obtenir un meilleur référencement et de générer plus de clics, de partages, de followers - notamment sur les pages carrières - ce qui aboutira une augmentation naturelle du nombre de postulants.

Extrait infographie-719836-edited.png
Source : Socially Map
 

#3. L'advocacy en pratique : vos collaborateurs, des micro-influenceurs

L’employee advocacy, comment ca marche ? Avant de mettre en place votre stratégie, il est important d’avoir les idées claires sur ce qu’attendent vos futurs candidats. Culture d’entreprise, valeurs sociales et sociétales, pratiques managériales, dynamisme des équipes sont autant de critères déterminants qu’il vous faudra mettre en valeur dans vos communications. Pour qu’elles aient l’impact nécessaire, l’advocacy va au-delà d’une simple implication de vos collaborateurs. En effet, ils ne vont pas être juste des relais d’informations lambda que vous leur mettrez à disposition. D'ailleurs, vous ne devez pas leur fournir du contenu lambda ! Articles sur le secteur, les métiers, livres blancs, vidéos, témoignages, offre d'emploi... soyez imaginatifs. Parce que dans le cadre d’une stratégie de contenu qualitative c’est aussi l’expertise du collaborateur qui sera valorisée (son personal branding). De plus, vous devez faire en sorte qu’ils valorisent l’expérience employeur – que ce soit l’expérience candidat ou l’expérience collaborateur. Décrire les conditions de travail, les avantages et les activités dont ils bénéficient, en somme partager un quotidien agréable et bienveillant, augmentera de manière considérable l’attractivité de votre marque employeur. Et donc le nombre de candidatures !

50 % des employés affirment relayer du contenu concernant leur entreprise sur les réseaux sociaux.

Aussi, il est possible par exemple de mettre en place des programmes d’ambassadeurs. Une fois que vous aurez identifié les collaborateurs qui seront vos meilleurs alliés (basé sur le volontariat), permettez-leur d’enrichir leurs comptes sur les réseaux sociaux en mettant à leur disposition des contenus de qualité. Postés à partir de leurs comptes respectifs, ils contribuent ainsi à promouvoir la marque employeur. C’est également un excellent vecteur de rétention pour ces derniers qui se sentiront investis d’une mission : faire de mon entreprise une marque reconnue et appréciée. Bien entendu, pour ne pas être trop chronophage, ces stratégies peuvent être appuyées par des programmes d’automatisation (publications automatiques). Ils vous permettront également d'en mesurer le ROI et de communiquer à vos salariés les résultats de leur engagement pour valoriser leurs efforts.

iStock-523896793-1-863535-edited.jpg

En résumé, cette méthode apporte à l'entreprise plus de visibilité et de crédibilité en tant qu'employeur. Véritable réponse aux enjeux de recrutement, facilitant le sourcing, contribuant à une meilleure maîtrise des coûts et des délais, l’employee advocacy permettrait également d’accroître de 20 % la fidélisation des salariés et de renforcer 15% les liens entre vos collaborateurs selon l’infographie Socially Map. Nous n'irons pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'un remède miracle à tous les maux du recruteur mais bien une dose de vitamine pour ses trois challenges : recruter, fidéliser, engager !

 

D'autres idées pour digitaliser vos recrutements ? Téléchargez notre ebook ! 

New Call-to-action

Crédits photo : iStock

Posté par Julie Atlan
le 1 février 2018

Catégories
réseaux sociaux, recrutement collaboratif, Article

Suivez-moi sur :

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos derniers articles

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action