analyser le niveau de langue des collaborateurs de votre entreprise

Analyser le niveau d'anglais de vos collaborateurs : cas pratique

Parce qu’une entreprise qui rayonne à l’international se doit d’avoir des collaborateurs qui manient au mieux la langue des affaires n°1 – l’anglais –, chez EASYRECRUE, nous avons voulu mettre à profit les conseils que nous distillons à nos lecteurs en réalisant notre propre cartographie des compétences linguistiques. Nous nous sommes posé la question de savoir si nos collaborateurs avaient le niveau d’anglais adéquat pour exercer leurs fonctions, qu’elles soient commerciales, financières ou encore techniques. Car si la maîtrise de la langue est un prérequis pour intégrer une start-up aux ambitions européennes, les niveaux attendus peuvent varier d’un métier à l’autre. Retour sur la conduite du projet étape par étape.

#1. Mettre en place le projet

Si vous avez lu précédemment « Une cartographie des compétences linguistiques en 5 étapes », vous avez probablement retenu que la base du projet se résume en deux mots : organisation et information. Initié par notre directrice du produit easySPEAKing, nos tests de langue digitalisés, il a été présenté à l’ensemble des salariés avec comme objectif d’évaluer le niveau d’anglais de la société et d’identifier la pertinence de nos demandes de formations. Chacun a donc été sollicité pour réaliser son test easySPEAKing. La consigne – s’isoler 20 minutes pour être parfaitement concentré et répondre aux différentes questions vidéo et écrites dans les deux semaines à venir.

Voir notre baromètre sur le niveau de langues en entreprise.

En parallèle, la liste des métiers a été établie en fonction de chaque département et les collaborateurs recensés. La société comptait 62 salariés en février 2018 et ils se répartissaient ainsi :

  • Technique – 7 collaborateurs
  • Finance – 1 collaborateur
  • Produit – 3 collaborateurs
  • Marketing – 9 collaborateurs
  • Inside sales & business developer – 11 collaborateurs
  • Sales and CSM – 19 collaborateurs
  • Partenariat – 1 collaborateur
  • HR – 1 collaborateur
  • Management board – 10 collaborateurs

Dans une cartographie générale, chaque métier doit être défini de façon précise, activité par activité et chaque compétence définie par une description et un niveau attendu.

Voici par exemple la fiche métier relative au poste de directeur marketing donnée par l’Opiiec :

referenciel-metier-activite-directeurmarketing.png

Et un extrait des compétences associées, dont le niveau d’anglais attendu évalué d’après le CECRL:

Referentiel-metier-competences

Ainsi, en fonction du descriptif donnée par le référentiel des métiers, nous avons défini un niveau attendu pour chaque département.

Pour aller plus loin, il est possible de procéder autrement et de définir une liste de compétences linguistiques attendues dans la société et d’y associer les collaborateurs concernés. Par exemple : « rédiger des emails en anglais », « rédiger des notes techniques », « animer une réunion », « participer à des conférences téléphoniques en anglais »… vous aboutirez ainsi à la constitution de groupes de collaborateurs, qu’importe leur département, à évaluer en fonction de compétences spécifiques.

#2. Évaluer, compiler, analyser

À l’issue des deux semaines, l’ensemble des collaborateurs avaient réalisé leur test easySPEAKing. Il ne restait plus qu’à compiler les synthèses reçues. Un travail d’analyse vous permettra de mettre en lumière plusieurs tendances.

Synthes.png

Les analyses à mener :

  • Niveau global de la société : calculez la moyenne des scores globaux (CEFR Level) reçus par l’ensemble des salariés.

Pour EASYRECRUE, le niveau général est 72 points sur 100 – soit un niveau B2.

  • Niveau par département : calculez la moyenne des scores globaux reçus par les collaborateurs de chaque département.

Pour EASYRECRUE, le niveau par département a été reporté dans le tableau ci-dessous :

 referentiel metier.png

Ainsi, il est facile de constater que tous les départements de la société ont le niveau attendu, voir un niveau supérieur notamment pour les populations techniques, produit et marketing.

  • Niveau par collaborateur : calculez, pour chaque collaborateur, l’écart entre le niveau effectif et le niveau attendu. Ce calcul vous permettra d’identifier le nombre de collaborateurs ayant un niveau supérieur, égal ou inférieur à celui requis pas le poste occupé.

Par exemple, l’une de nos marketing specialists a obtenu un score 74 points soit un niveau B2. Ce niveau colle parfaitement au niveau attendu pour son métier dans un environnement international.

  • Formations demandées en fonction des différents niveaux : pour chacun des trois cas, identifiez le nombre de salariés ayant demandé une formation et calculer le pourcentage qu’ils représentent (ex : nombre de salariés ayant demandé une formation/nombre de salariés ayant un niveau inférieur)

Chez EASYRECRUE, ces calculs ont abouti à la répartition suivante :

Image4-1.png

Pour aller plus loin, si vous avez choisi l’évaluation par compétence :

  • Niveau global par compétence : la synthèse easySPEAKing vous permet de différencier le niveau de l’évalué en fonction des quatre compétences suivantes : expression orale, compréhension orale, expression écrite, compréhension écrite. Ainsi, vous pouvez calculer la moyenne globale pour chaque compétence.
  • Écarts par compétence : calculez la différence entre le niveau attendu et le niveau effectif pour chaque compétence et par salarié. Cette étude - la plus complexe - permet d'identifier de manière détaillée les forces et les faiblesses de chaque salarié.

#3. Comment traiter l’information ?

Une fois que vous aurez synthétisé et analysé l’information, il sera temps de mettre en place un plan d’action de formation  !

Chez EASYRECRUE, 11 % des salariés ont demandé une formation de langue or seulement 47 % d’entre eux en ont vraiment besoin – et 13 % auraient besoin d’une formation pour atteindre le niveau attendu pour leur poste.

Les 42 % qui sont au niveau pourraient éventuellement prétendre à une formation de perfectionnement. Il serait alors intéressant de cibler les points faibles de ces derniers en fonction des quatre compétences linguistiques. L’objectif : adapter le contenu des formations proposées et regrouper les collaborateurs par niveau.

Vous vous demandez encore ce que la mise en place d’une cartographie des compétences linguistiques peut vous apporter concrètement ? Visionnez le replay de notre webinar du 29 mars et découvrez comment il est possible de réduire son budget de formation linguistiques !

Téléchargez gratuitement le webinar !

replay webinar easyspeaking

Crédit photos : iStock

Posté par Julie Atlan
le 22 mars 2018

Catégories
cartographie des compétences , niveau de langue , formation , Article

Suivez-moi sur :

SOYEZ LE PREMIER À COMMENTER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos conseils
et actualités RH par Email

New Call-to-action

Nos derniers articles

Nos ressources RH (LB, eBook, …)

New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action
New Call-to-action